Hello ! C’est nous, les cookies Baouw. Nous sommes indispensables au bon fonctionnement de ta commande et nous améliorons ton confort de surf sur la toile. Tu veux bien nous accepter ? Promis, nous sommes délicieux, bio et… sans gluten, bien sûr ! ;) plus d'informations
Livraison offerte dès 45 € d'achat • 70 € : 3 barres Sarrasin-Cajou-Olive de Kalamata offertes • 120 € : Un baume secours Tingerlaat • 200 € : L'ensemble de notre gamme Barres offerte (offres cumulables)
fr
fr en es
Le Blog Baouw

JMT : dans la famille Thévenard, je voudrais le frère trailer !

Il est en train de préparer l’Ultra Trail des Montagnes du Jura, avec l’Espace Mont d'or, quand nous appelons Jean-Marie Thévenard. Le « petit frère de » n’est pas que cela. Trailer de haut vol lui aussi, il a déjà coché quelques cases plus qu’honorables, un dossard sur le dos. Certes, ce n’est pas encore le palmarès de Xavier, avec notamment ses trois victoires sur l’UTMB®, mais dixit Xav lui-même : « Il est plus fort que moi ! ».  
Interview de cet athlète Baouw aussi discret qu’engagé qui nous parle de son frère, du sport, de ses valeurs (qu’on partage avec lui).
 
Esthel, Xavier Thévenard et Lucie avec Jean-Marie Thévenard dans les montagnes du Jura, territoire de trail.

jm thévenard, l'interview

 
Baouw : « JM, je sais que tu vas adorer ma question : allez, raconte-moi un peu ta vie ! »
Jean-Marie Thévenard : « (rires) Salut, c’est JM, j’ai presque 30 ans, non, remarque, je vais dire que j’ai 29 ans, parce que quand tu passes la barre (sans jeu de mot)… Je suis né à Nantua, dans l’Ain. J’ai mon brevet d’état de ski, je travaille à l’Espace Mont d'or. Mon enfance ? Elle ressemble comme deux gouttes d’eau à celle de Xav. C’est avec lui que j’ai passé le plus de temps. On était des privilégiés, dans notre maison avec pas grand chose autour. Nos centres d’intérêt ont vite tourné autour de la nature. Je faisais du ski de fond et du biathlon dans mon ski-club, en compétition, au Club sportif Valromey Retord. J’ai arrêté les compétitions nationales après les premières années de senior, à 21-22 ans, mais je suis toujours licencié. »
 
Baouw : « Ça a du largement contribuer à la caisse que tu as, ce travail foncier ? L’entraînement à ski de fond… »
JM Thévenard : « Il y a un peu de ça, forcément. Mais c’est surtout que, depuis tout petit, par attrait, par curiosité, je marche, je cours, avec Xavier la plupart du temps. Pour aller voir ce qu’il se passe de l’autre côté du plateau, surtout, plus que pour l’entrainement.»
 
"Quand j'étais petit, je faisais 20-25 km en courant pour aller voir ce qu'il se passait, de l'autre côté du plateau !" 
 
Baouw : « C’est ton art de vivre, tout simplement, en somme ? »
JM Thévenard : « Oui. Les parents (Monique et Laurent Thévenard, ndlr) ont toujours été tournés nature. Ils nous ont éduqués dans ce sens-là. Ils nous ont donné le goût. Je me rends compte de l’héritage qu’ils nous ont transmis, à Xavier et moi. Encore plus vu comme la société tourne actuellement… je me dis qu’on a eu vraiment eu beaucoup de chance ! »
 
Baouw : « Donc c’était essentiellement de grandes bambées à pied ? »
JM Thévenard : « Oui, exactement. J’ai le souvenir d’avoir été au bout du plateau, à 20-25 km de là, en courant avec Xav quand j’avais une petite dizaine d’années, pour aller voir les copains et faire des cabanes. »
 
Les montagnes du Jura, un terrain de jeu fabuleux pour le trail. JM et Xavier Thévenard, athlètes Baouw, aiment leur côté préservé, brut de nature, refuge de la faune sauvage, gardienne du vivant.

pourquoi avoir choisi baouw pour ta nutrition sportive ?

«Pour tout ! Pour les valeurs qu’elle dégage. Parce que c’est un produit local, qui ne vient pas de l’autre bout de la planète, c’est primordial pour moi. Baouw, c’est juste du bon sens. Des ingrédients sains, c’est la base. J’adhère complètement» répond Jean-Marie Thévenard, le petit frère de Xavier. 

 
 Baouw : « Tu me parles de cabanes, ça me fait penser que tu m’évoques vraiment cette simplicité, ce rapport avec la nature. Ta maman, Monique, nous disait que tu sais imiter les oiseaux. »
JM Thévenard : « Ah, elle t’a dit ça ! (Rires). À force de traîner dans les bois, avec un peu de curiosité en plus de tout, tu arrives à repérer. »
 
Baouw : « Tu as commencé à mettre des dossards en trail. Ça ne doit pas être forcément simple en portant le même nom que Xavier Thévenard ! Avec la pression éventuelle que ça pourrait te mettre… »
JM Thévenard : « Xavier a un peu de notoriété, c’est évident, donc forcément on peut penser cela, mais en fait, je ne me mets pas la pression pour ça. Il y a plein d’autres choses que j’aime bien, que je peux faire. Le trail, j’adore mais je ne mets pas d’enjeu, derrière. On partage cela avec Lulu, ma compagne, on fait beaucoup de sorties ensemble. Sans se prendre la tête. Juste pour le plaisir. »
 
Baouw : « Ton premier trail avec un dossard, c’était où ? »
JM Thévenard : « C’était en 2010, à Pontarlier, le Trail des Sangliers ! J’y ai pris goût, j’ai continué. »
 
Baouw : « Sur la dernière édition en date du 90 km du Mont-Blanc, en 2019, tu termines 6e sur un ultra bien relevé, après quelques péripéties ? »
JM Thévenard : « Oui, moi, je fais 6 et Xav gagne ! C’était ma première expérience en ultra. J’ai fait une hypoglycémie à mi-parcours, à l’époque, mais je suis bien revenu. J’ai pris énormément de plaisir sur cette course, j’étais dans le flow. »
 
Une Échappée belle qui portait bien son nom, pour le trailer du Jura
 
Baouw : « Cette année, tu as fait parler de toi sur le trail de l’Échappée belle, en faisant cavalier seul un long moment, raconte-nous ! »
JM Thévenard : « Après avoir mené la course un bon bout de temps, avec le Xav comme pacer, je me suis arrêté à cause de douleurs aux ischios. Je n’ai pas de regrets, même si ça peut paraître dommage de s’arrêter si près du but. Mais ce sera la bonne excuse pour y retourner l’an prochain ! (Rires). 
 
Au premier plan, de jeunes pousses de sapin, à la fin du printemps. Le poivre de bourgeon de sapin est l'un des ingrédients de la barre énergétique Baouw préférée de JM Thévenard à la Myrtille sauvage et à la Noisette toastée. "Baouw, pour moi, c'est juste du bon sens. De bons ingrédients bio. C'est assez simple en fait : j'adhère à toutes les valeurs !" témoigne Jean-Marie.


Baouw : « Le côté « antennes ouvertes », curiosité, est un mot qui revient souvent chez toi… »
JM Thévenard : « Je suis curieux, c’est vrai, pour tout ce qui est axé nature, faune, flore. J’encadre des enfants et des groupes au quotidien, l’hiver sur les skis, l’été en activités de plein air, outdoor. J’aime leur parler de la faune en danger, les sensibiliser. »
 
Baouw : « Je crois que tu es passionné par le lynx ? »
JM Thévenard : « Oui, il y a plein de choses qui donnent envie de suivre cet animal en particulier. Le côté animal protégé, le côté mystérieux comme le loup. Difficile à approcher. Le Jura a la plus grosse population de lynx mais c’est une rencontre qui reste rare. Cet animal sauvage est très discret, très méfiant. Il faut crapahuter pour le trouver. Il se loge dans des espaces vraiment reculés. Le lynx, j’ai appris le connaître d’abord par curiosité et ensuite, je suis allé chercher des infos auprès de personnes compétentes, des personnes ressources. 
Je m’intéresse aussi au loup, depuis une période récente. »
 
 
"Protéger le vivant, sensibiliser tout le monde sur sa fragilité, c'est une mission qui me motive. On doit, on peut, agir." 
 
 
Baouw : « Le vivant en danger, c’est vraiment quelque chose qui t’habite… »
JM Thévenard : « Oui, je participe au comptage des loups avec l’Office français de la biodiversité. Il faut être capable de crapahuter, il faut aimer passer du temps dehors, avoir de la patience. »
 
Baouw : « On te croit souvent timide mais tu t’ouvres facilement, en fait, JM… »
JM Thévenard : « Je ne suis pas trop un animal social, c’est sûr ! (Rires). Mais les choses qui me tiennent à coeur, j’aime les partager. J’aime parler quand je sais de quoi je parle. Dans ce cas-là, alors je n’hésite pas. Avec les enfants, notamment des régions parisiennes ou du Nord de la France, j’aime transmettre. C’est du bonheur. En espérant que, eux, ça les touche. Il n’y a que comme cela qu’on arrivera à faire changer les choses, en expliquant. J’ai la chance de faire ce métier qui me permet d’agir. On va droit au mur. On doit agir." •
 


Propos recueillis par Myriam Cornu, ancienne journaliste outdoor (magazine Ski Français, magazine Escape…). 
Reportage photos par © Stef Balbo pour Baouw
 

Depuis tout petits, les frères Thévenard ont l'habitude de courir dans la nature pendant de longues heures. Le trail ? Ils en font depuis toujours, en somme ! "On traversait aussi le plateau à ski de fond" se souvient Jean-Marie. "Le sport, c'est vraiment dans notre nature ! C'est un plaisir qu'on partage au quotidien, avec Xav."


L’Ultra Trail des Montagnes du Jura en bref


Baouw : « Le côté « antennes ouvertes », curiosité, est un mot qui revient souvent chez toi… »
JM Thévenard : « Je suis curieux, c’est vrai, pour tout ce qui est axé nature, faune, flore. J’encadre des enfants et des groupes au quotidien, l’hiver sur les skis, l’été en activités de plein air, outdoor. J’aime leur parler de la faune en danger, les sensibiliser. »
 
Baouw : « Je crois que tu es passionné par le lynx ? »
JM Thévenard : « Oui, il y a plein de choses qui donnent envie de suivre cet animal en particulier. Le côté animal protégé, le côté mystérieux comme le loup. Difficile à approcher. Le Jura a la plus grosse population de lynx mais c’est une rencontre qui reste rare. Cet animal sauvage est très discret, très méfiant. Il faut crapahuter pour le trouver. Il se loge dans des espaces vraiment reculés. Le lynx, j’ai appris le connaître d’abord par curiosité et ensuite, je suis allé chercher des infos auprès de personnes compétentes, des personnes ressources. 
Je m’intéresse aussi au loup, depuis une période récente. »
 
 
"Protéger le vivant, sensibiliser tout le monde sur sa fragilité, c'est une mission qui me motive. On doit, on peut, agir." 
 
 
Baouw : « Le vivant en danger, c’est vraiment quelque chose qui t’habite… »
JM Thévenard : « Oui, je participe au comptage des loups avec l’Office français de la biodiversité. Il faut être capable de crapahuter, il faut aimer passer du temps dehors, avoir de la patience. »
 
Baouw : « On te croit souvent timide mais tu t’ouvres facilement, en fait, JM… »
JM Thévenard : « Je ne suis pas trop un animal social, c’est sûr ! (Rires). Mais les choses qui me tiennent à coeur, j’aime les partager. J’aime parler quand je sais de quoi je parle. Dans ce cas-là, alors je n’hésite pas. Avec les enfants, notamment des régions parisiennes ou du Nord de la France, j’aime transmettre. C’est du bonheur. En espérant que, eux, ça les touche. Il n’y a que comme cela qu’on arrivera à faire changer les choses, en expliquant. J’ai la chance de faire ce métier qui me permet d’agir. On va droit au mur. On doit agir." •
 
Article précédent
Article suivant
par SuperAdmin SuperAdmin le 30 sept. 2020 à 14h31

Rejoins la famille Baouw

#baouwers
Tu veux profiter d’offres exclusives et des conseils Baouw ? Inscris-toi à la newsletter ! Je coche tous les sujets qui m’intéressent.
Je m'inscris

Livraison Offerte dès 45 € d'achat en France et Belgique

Paiement sécurisé

Livraisonen France et en Europe