Omega 3 : ton assurance santé au naturel

Omega 3 : ton assurance santé au naturel

Sais-tu vraiment qui est ton meilleur ami ? Celui qui te veut vraiment du bien ? Le maquereau ! Ou sa cousine la sardine. Les maladies cardiaques, par exemple, sont liées à de l’inflammation chronique. Or, une inflammation est souvent due à un déficit d’apport en omega 3. Découvre les conseils de notre nutritionniste pour protéger ton petit muscle cardiaque, éviter l’inflammation (de tes tendons, aussi), et entretenir ta machine (notamment immunitaire et hormonale).

Focus sur les « petits poissons gras » dont on te parle souvent chez Baouw, ces grands pourvoyeurs d’omega 3.

Par Myriam Cornu, journaliste.

 

 

Les petits poissons gras et les omega 3

Harengs, sardines, maquereaux, anchois principalement…

On peut ajouter truite sauvage, féra… pour les poissons d’eau douce vivant en eaux froides.

« Plus l’eau est froide, plus ils sont riches en graisses. Et pour le coup en très bonnes graisses ! » conseille notre nutritionniste.  Les fameuses « Omega 3 ». Celles qui protègent notre cerveau, notre coeur, nos artères, régulent notre immunité, favorisent la transmission de toutes les informations nerveuses et hormonales… Et tiennent ton organisme à l’écart de l’inflammation. 

 

Indispensables et irremplaçables omega 3

Quand tu entends parler d’un homme, la petite soixantaine, qui meurt d’une crise cardiaque, alors qu’on le savait sportif, non fumeur, non buveur, « affûté », mangeant « équilibré »… il ya toutes les chances pour cet homme ait manqué cruellement de ces omega 3 (EPA et DHA).

Idem chez les sportifs perclus de tendinites. Sans généraliser du tout, méfiance de ce côté-là. Un bilan nutritionnel poussé aide bien à voir clair.


Les omega 3, comment ça marche

 « La conversion du chef de file des omega 3, l’acide alpha-linolénique, est souvent déficiente (chez la plupart des gens), ne permettant pas de produire les EPA et DHA » détaille Benoît Nave. « On ne peut pas, en tout état de cause, en trouver dans les végétaux, ni dans les protéines « habituelles » (viande). On n’a pas le choix, il nous faut manger des petits poissons gras pour réussir. »

Acide gras essentiel à une bonne santé (cardiaque mais pas que), l’acide alpha-linolénique ne peut pas être synthétisé par l’organisme. Nos besoins physiologiques doivent impérativement être couverts par une alimentation de qualité et adaptée.

 

Le rôle de l’EPA

C’est l’acide gras qui régule tous les phénomènes d’inflammation.

En opposition avec l’acides gras omega 6 (acide arachidonique) que l’on trouve en quantité dans les produits céréaliers (ceux dont on aime bien vous tenir écartés, chez Baouw (petit rappel non inutile : une barre Baouw est une barre « de céréales »… sans céréales !).

 

Les missions de la DHA

« L’acide gras de la fluidité et la souplesse de tes cellules et de leurs membranes. C’est le top pour assurer des fonctions cérébrales performantes » résume Benoît Nave, nutritionniste Baouw. En clair, ton cerveau VEUT manger de la sardine ! « La qualité de l’information cérébrale dépend directement du taux de DHA dans ton cerveau. »

L’information cérébrale, c’est la circulation de l’information entre les neurones, en gros, c’est ta capacité à « percuter » ! (Et celle de tes enfants, donc n’hésite pas à sortir les omega 3 au dîner).

 

Quels omega 3 choisir ?

Harengs, sardines, maquereaux, anchois en bio, de préférence, plus dense nutritionnellement notamment quand ils ne sont pas « au naturel », c’est-à-dire qu’ils « trempent » dans l’huile, qui sera alors de meilleure qualité.

 

Et le thon, l’espadon et le saumon, alors ?

« On les évitera car plus les poissons sont gros plus ils se chargent de métaux lourds et autres toxiques… malheureusement ! Car ils se trouvent en fin de chaîne alimentaire » avertit Benoît, nutritionniste de Baouw. Ne remplaçons pas inflammation par toxification ;)

 

Chrononutrition

Le meilleur moment pour manger des omega 3 ? « Tout le temps ! » répond sans hésiter le nutritionniste sportif de Baouw. « Quel que soit le repas, la bonne astuce santé, facile et pratique, c’est le petit poisson gras ! »

 

L’astuce en plus

La sardine, c’est ta copine : tu manges tout, l’arête centrale y compris, et comme ça, tu fais le plein en calcium, phosphore et vitamine D, en plus des omega 3.

 

Et si on est vegan ?

« Alors, là, j’avoue, ça coince » estime Benoît Nave. Chez les vegans, on aura d’autant plus souvent ce souci. Il faudra alors complémenter. »

À savoir

  •  La France est très mauvaise élève en matière de consommation d’omega 3. On a du boulot !
  • L’huile de foie de morue, c’était la bonne idée santé de nos anciens. Avant que les gros poissons ne soient autant intoxiqués… 
  • Pour lutter contre les maladies cardiaques et l’inflammation, on complète avec de l’huile de noix, des graines de chia.
  • Les femmes enceintes et allaitantes ont des besoins encore accrus en omega 3.

 

Les poissons gras, une excellente source d'omega 3


La flemme de cuisiner ? Pour ta santé (notamment cardiaque), rien de plus facile, ouvre une boîte ! » La sardine est encore plus riche en omega 3. Elle contient beaucoup de DHA » précise le nutritionniste Baouw, Benoît Nave. Ostéopathe, il connaît les ravages d’une inflammation chronique de l’organisme et recommande une consommation de petits poissons gras trois fois par semaine. 


All news