Jules et Lulu Langlois, ambassadeurs #stand up paddle

Jules et Lulu Langlois, ambassadeurs #stand up paddle

Salut Jules, Lulu, vous formez « la team père et fils Baouwers ». J’ai quelques petites questions pour vous :

Tout d’abord, Lulu tu peux te présenter ? Et pourquoi « Lulu » ?

(Lulu) « Je m’appelle officiellement Jean-Christophe LANGLOIS, mais depuis longtemps ça s’est simplifié en « Lulu » ! J’ai 58 ans et je suis agent commercial pour des marques de glisse telles que Vissla, Catch Surf, Sector Nine, Modom, Da Fin … »

Pas de surnom pour toi Jules ? Tu peux te présenter ?

(Jules) « Non, du moins pas encore ! Tout simplement Jules, j’ai 15 ans, et j’entre en première S. »

Où est-ce que vous habitez ?

(Lulu) « Nous habitons dans le Var pas très loin de la mer, on n’a pas régulièrement des vagues mais on profite bien des conditions diverses qu’il peut y avoir : un peu plus de houle en hiver pour le surf, régulièrement du bon vent pour faire des « downwinds » en stand up. Et toujours de belles couleurs et des copains pour partager une balade plus ou moins sportive ! »

Tu as déjà commencé à en parler Lulu, quels sports vous pratiquez exactement ? Il y a un palmarès qui va avec ?

(Lulu)« J’ai fait beaucoup de planche à voile dans ma jeunesse, j’ai été champion de France junior et champion du monde par équipes en Windsurf. Par la suite je me suis mis au funboard et j’ai commencé à travailler dans les sports de glisse en étant distributeur, agent pour des marques telles que Santa Cruz, Eastpak, Billabong, etc. J’ai donc pratiqué de beaux sports de glisse, sur différentes planches et toujours avec beaucoup de plaisir. En stand up paddle j’ai été champion de France vétérans. »

(Jules) « Je pratique essentiellement du Stand Up Paddle et du surf, on prend vite goût lorsque qu’on a un père comme ça. Je suis champion PACA de « SUP Race », « SUP surf » et surf, champion de France cadet en « Beach-race ».

Vous avez participé récemment à des évènements ou réalisé quelque chose qui vous tenait à cœur ?

(Lulu) « La dernière épreuve à laquelle j’ai participé était une course en relais de 30 kilomètres avec Jules, j’ai essayé d’être à la hauteur de mon coéquipier ! Plusieurs choses m’ont marqué récemment : une épreuve de planche à voile de 24 heures en solo, c’était long ! Également une descente en stand up paddle (downwind) avec un copain (Didier Leneil) de 50 kilomètres de La Ciotat à l’Almanarre. »

(Jules) « J’ai participé récemment aux Hossegor Paddle Games, SUP Race Cup à Sainte Maxime, à l’Alpin Lakes Tour à Annecy et plusieurs coupes de France de SUP surf. »

Vous avez un mode de vie auquel vous aspirez ? Des sources d’inspiration ?

(Lulu) « À la maison on fait tous du SUP et du surf, on est un peu météo-dépendants ! On essaie, dans la mesure du possible, de s’organiser en fonction des conditions. S’il y a une épreuve sur la côte atlantique avec des prévisions sympa, on est vite motivés … Je crois que j’aurais été un bon californien, surf avant et après de bosser. Il faut trouver le bon équilibre entre vie professionnelle et pratique du sport, le bon « lifestyle », ne pas perdre sa vie à la gagner tout en travaillant dans un environnement agréable. J’ai un faible pour Robby Naish, il a su créer sa marque après avoir été une légende de la planche à voile. »

(Jules) « Je suis surtout inspiré par les sports pratiqué par mon père et également par le fait d’avoir une hygiène de vie saine, je pense que c’est essentiel lorsqu’on veut faire du sport à un bon niveau. »

Ce n’est peut-être pas forcément une préoccupation lorsqu’on est adolescent mais est-ce que tu accordes une place importante à la nutrition dans tes pratiques ?

(Jules) «Je fais attention quand même, j’ai besoin d’apports énergétiques ciblés pour le SUP et le surf. »

Et toi Lulu ?

(Lulu) « On est ce qu’on mange ! Durant la pratique c’est encore plus vrai, si on mange sainement, l’effort sera naturel. On fatigue déjà musculairement l’organisme, si on rajoute des éléments indigestes on va fatalement diminuer ses performances. Il faut que l’alimentation accompagne l’effort, il ne faut pas croire qu’on va booster ses performances par magie en mangeant un gel. Pour le moment le meilleur allié d’une nutrition naturelle c’est l’entraînement ! »

La nature c’est votre cour de récréation, Quel est votre rapport avec elle ?

(Lulu) : « J’ai toujours eu la chance de pratiquer des sports dans un environnement naturel, c’est extraordinaire de se dire que ce sont des conditions particulières à un moment donné, bien sûr on va essayer de trouver autant que possible les bonnes conditions, mais elles resteront uniques, il n’en restera que des souvenirs, ou avec un peu de chance des photos. Quand on est dans l’eau, on est en contact avec l’élément, s’il est souillé, pollué, on le ressent instantanément et ça gâche le plaisir. »

(Jules) « Je ne peux qu’être d’accord avec mon père. Et sans vagues il n’y a pas de fun, on ne peut que remercier la nature pour ce formidable cadeau ! »

Vous avez des futurs projets ?

(Lulu) « Je continue de suivre le circuit des courses de Stand Up Paddle. J’ai repéré également quelques courses de longues distances en rivière sympathiques. » (Jules) « Continuer à faire du sport à fond, voyager, progresser. »

Dernière question, Baouwers pour de vrai ?

(Lulu) « Baouwer à fond ! Parce que je glisse sur l’eau, il faut que ça glisse dans mon corps ! »

(Jules) « Aux vues de mes convictions, bien sûr ! »

Toutes les news