Mais que mange Xavier Thévenard ?

Mais que mange Xavier Thévenard ?

En quoi consiste ton régime alimentaire de « tous les jours » ?

Je n’ai pas de régime particulier. « Régime », c’est un terme que je n’aime pas car ça fait restrictif comme une forme d’obligation. J’ai plutôt adopté une façon de m’alimenter au quotidien qui me correspond, en fonction de mon activité mais aussi en fonction de mes valeurs. Pour faire simple j’essaye au maximum d’avoir une alimentation bio, sans gluten, sans lactose et « low carb » (pauvre en glucides).


Utilises-tu des compléments alimentaires ?

Oui j’utilise des compléments alimentaires. Même en ayant une alimentation bio avec des produits qui sont riches en minéraux, oligoéléments. Cela ne suffit pas.  Il faut bien prendre en considération que je m’entraine environ 900 à 1000h à l’année. Alors la supplémentation est nécessaire pour éviter les carences et les blessures.







A l’approche d’une compétition comme la Hardrock 100, as-tu une stratégie nutritionnelle spécifique ?

Pas nécessairement, je fais simplement attention à avoir un apport en hydrate de carbone suffisant, pour avoir un bon stock de glycogène. Je limite les aliments acidifiants pour l’organisme et je réduis fortement ma ration de fruits et légumes cru pour prévenir les désordres intestinaux.

A quoi ressemble ton dernier repas avant de prendre le départ d’un ultra ?

Cela dépendra de mon envie. Mais  je vais très certainement avoir dans l’assiette une portion d’hydrate de carbone qui soit sans gluten. Alors le choix est vaste. Peut-être du riz, de la patate douce, du quinoa, du sarrasin…etc

Avec quoi te ravitailles-tu pendant une course ? Et à quelle fréquence ?

Sur un ultra, je vais prendre des barres Baouw!, à raison d’environ 1 barre par heure. Donc je peux facilement manger jusqu’à 24 barres sur une épreuve.

Utilises-tu des boissons énergétiques ?

Non je n’utilise pas de boissons énergétiques, car souvent elles contiennent beaucoup trop de sucre et peuvent provoquer des désordres intestinaux. Le sucre acidifie énormément l’organisme, en plus de l’effort physique qui lui aussi  acidifie le corps. A un moment donné le corps est complétement inflammé et ne peut plus tamponner l’acidité. Je préfère boire de l’eau gazeuse, principalement de la St Yorre, pour avoir tous les minéraux nécessaire durant l’effort.

Tu fais partie de la team Baouw! depuis plusieurs mois, pourquoi avoir choisi nos produits pour t’accompagner ?

Car les produits Baouw correspondent parfaitement à mes besoins pour l’ultra endurance.

Les produits sont : sans gluten, sans lactose, bio, sans sucre ajouté, alcalins, l’index glycémique est faible, et ils sont assez énergétiques pour subvenir à l’effort de l’ultra endurance.

Nous lançons une nouvelle gamme de barres salées aux légumes. Quels sont les bénéfices des produits salés pour les ultra traileurs comme toi ?

Quand on fait de l’ultra endurance, on passe souvent une journée dehors à courir dans la montagne. Alors la diversité de l’alimentation est très importante. A partir d’un moment durant la course, il y a une saturation du goût sucré. C’est pour cela que c’est intéressant et important d’apporter une note salée au palet. C’est un réel réconfort qui apaise la souffrance de l’effort.

Tu as co-développé la barre « Betterave – Amande – Piment d’Espelette », ça fait quoi d’avoir une barre nutritive pro model à ton nom ?

L’idée d’avoir mon nom à la barre « Betterave – Amande – Piment d’Espelette », vient principalement de l’équipe des fondateurs de Baouw!. C’est une proposition que l’on m’a soumis et que j’ai accepté. Personnellement je suis content, car c’est une nouvelle aventure qui commence. Est-ce que ça va marcher ?? Je l’espère. Après je ne m’enflamme pas, je ne vais certainement pas frimer car j’ai une barre à mon nom, d’ailleurs j’ai un peu de mal avec les gens qui ont un égo démesuré. Alors je ne veux surtout pas le devenir.

Enfin, que mange Xavier Thevenard après une course comme la Hardrock 100 ou l’UTMB ?

Tout de suite après un Ultra je mange une glace ! C’est un peu une tradition. Sinon je veille à avoir sur mes repas d’après course un apport suffisant en protéines, en bonnes graisses et en hydrate de carbone, pour que la récup soit rapide et efficace. Mais après un ultra c’est impressionnant comme on peut avoir faim et les quantités de nourritures qu’on peut ingurgiter. Pour l’anecdote,  il m’est déjà arrivé d’être réveillé par la faim !


Toutes les news