Arnaud Manzanini, l'ultra cycliste

Arnaud Manzanini, l'ultra cycliste

Arnaud Manzanini est un cycliste d’ultra distance : il prend le départ de courses longues, éprouvantes tant physiquement et mentalement, synonymes d’évasion, de challenge personnel que peu de cyclistes osent.

Double finisher de la Race Across America, Arnaud a décidé d’importer le concept en France avec la Race Across France, une course d’ultra endurance en cyclisme dont Baouw Organic Nutrition est partenaire nutrition.

Rencontre avec une vision singulière du cyclisme.

 

 Arnaud, d’où t’est venue cette passion du vélo ?

J’ai découvert le vélo très tôt, à l’âge de 4 ans. J’ai encore des souvenirs de mes cousins et moi, très jeunes, sur les bords de course en Italie. Je me suis réellement mis au vélo à l’âge de 19 ans. J’ai gagné mes premières courses, et je suis arrivé à 25 ans en Élite, juste en dessous du niveau professionnel. J’avais un bon niveau, mais physiologiquement, je n’avais pas ce qu’il fallait pour devenir pro.

J’ai donc mis de côté le vélo, pour entrer dans la vie active. J’ai repris le vélo pour me remettre en jambe suite à une opération 8 ans plus tard. J’y ai vite repris goût, mais j’avais besoin d’un défi qui sorte de l’ordinaire, qui me fasse basculer vers autre chose, de plus inspirant. Et c’est là, en 2010, que j’ai découvert la Race Across America.

Race Across America : course de cyclisme d’ultra endurance, où les participants doivent effectuer la traversée des États-Unis d’ouest en est à vélo, en moins de 12 jours (pour les cyclistes solo). Soit environ 4800km et 50000m de dénivelé positif, sans étape.

 

Comment t’es tu décidé à t’inscrire à la Race Across America ?

J’ai vu que 4 français avaient déjà fini la RAAM, et j’ai trouvé ça dingue qu’ils ne soient pas connus ! J’ai donc rencontré un lyonnais qui avait fini la course, et 3 ans plus tard, nous prenions ensemble le départ de la Race Across America.

 

Comment vous êtes-vous donc préparés à rouler 4800km ?

Nous pensions qu’en allongeant nos sorties, en allongeant nos kilomètres, nous allions être dans un bon état de forme pour supporter un tel effort. Mais c’est pendant la course que j’ai découvert ce qu’était l’ultra distance. Au bout du deuxième jour de course, on pleurait de douleur ! J’ai perdu 6 kilos en 8 jours, nous avons terminé dans un état de fatigue très avancé. 

Pour ma deuxième édition, en 2015, je me suis dit qu’il fallait aller au bout des choses, et prendre le départ seul.

J’ai terminé en bien meilleure forme physique, car j’étais mieux préparé. J’ai fini en 11 jours, avec le meilleur temps français.

Je ne m’étais fait aucun cadeau dans ma préparation, car je savais la douleur que j’allais subir. Et j’ai aussi adopté une stratégie alimentaire très différente. Je connaissais mes besoins caloriques, j’ai pu adapter mon alimentation.

 Arnaud Manzanini Race Across America

Arnaud Manzanini pendant la Race Across America

Comment t’es tu alimenté sur la Race Across America ?

La nutrition sur une épreuve d’ultra endurance, c’est primordial. J’ai opté pour une alimentation à 70% liquide pour éviter de trop fatiguer mon organisme, avec des boissons hypercaloriques et hyperprotéinées. Je me faisais un seul vrai repas par jour, le soir, avant d’aller dormir une ou deux heures. Et le reste du temps je prenais des barres énergétiques, une bouchée toutes les 20, 30 min pour tenir.

(Ndlr, L’avis du nutritionniste Baouw : « Cela peut paraître être la solution la plus économique pour l’organisme, mais au bout du compte rien n’est certain ! On est quand même fait (bouche, estomac, intestin) pour se nourrir à partir d’aliments solides, qui doivent être mastiqués pour être absorbés de façon optimale, et pour informer le cerveau simultanément sur les process biologiques à initier... À mon avis, l’alimentation liquide peut être un bon complément, et sur des périodes restreintes autant que possible.)

 

Aujourd’hui tu lances la Race Across France, ta propre course d’ultra cycling en France, quelles sont tes ambitions avec ce projet ?

Quand j’ai terminé la RAAM, je me suis dit qu’il fallait absolument importer ce concept en France. Il y a beaucoup de courses en Europe de ce type…sauf en France. J’ai donc déposé le nom et le concept.

Nous avons fait une première édition test en 2018, nous confirmons le concept en 2019, et le vrai lancement est prévu pour 2020. Nous sommes en discussion avec les organisateurs américains pour structurer l’ensemble des courses d’ultra cycling car aujourd’hui les règlements sont différents sur chaque épreuve. Nous allons travailler main dans la main pour structurer le concept, et avoir une association mondiale sur l’ultra distance.

 

Il est donc possible de s’inscrire sur les différentes courses de la Race Across France. Quels conseils donnerais-tu à quelqu’un qui hésite à se lancer ?

Nous avons plusieurs formats : 300, 500, 1100, 2600 km…Il y en a pour tout le monde. Tout sportif bien entrainé à vélo peut se lancer.

C’est une opportunité pour découvrir des sensations inconnues. Tu ne peux pas tricher avec ce type d’épreuve, tu découvres qui tu es vraiment. C’est une compétition avec soi-même, ça apporte beaucoup.

Et la sensation de liberté que tu éprouves…c’est unique.

Et la meilleure façon de se préparer, c’est de rouler !



Tu es intéressé par la Race Across France ? Va faire un tour par ici : https://www.ultracycling.cc/



Par Jeanne Chroscik



Toutes les news