En ce moment, profite de la livraison offerte dès 65€ d'achat en France et en Belgique !
fr
Le Blog Baouw

Ils y ont brillé, ils te conseillent #1 : la SaintéLyon avec Manu Meyssat

Surnommée « la Doyenne », la SaintéLyon est une épreuve à part. Un mythe qui depuis près de 70 ans écrit sa légende dans le froid, la neige et la nuit. La plus ancienne de toutes les courses natures ne ressemble à aucune autre. Sa singularité, sa popularité et sa féérie incitent à ce que l’on s’y confronte au moins une fois. Néanmoins, avant d’affronter la rudesse de ses conditions et transformer le conte de mille et une nuits en conte de fées, il faut s’y préparer. 


En effet, qui dit épreuve atypique dit alimentation et plan de nutrition adaptés. Et pour en parler, qui de mieux placé que l’athlète dont la SaintéLyon est la course de cœur, celui qui s’est cassé les dents cinq fois dessus avant de la remporter à deux reprises : Manu Meyssat. Éclairé par la frontale de notre expert nutritionniste, Benoit Nave, le double vainqueur de la SaintéLyon nous donne ses conseils pour courir dans le froid et la nuit. Parce que la solidarité et le partage de connaissances entre Baouwers, ça nous tient à cœur ! 
 
Il y a brillé, il te conseille : premier opus ! 
Manu Meyssat à la SaintéLyon
Many Meyssat à la SaintéLyon ©Peignée Verticale

Conseil N°1 : "connaître les contraintes de la SaintéLyon SUR VOTRE CORPS"

« Certaines spécificités de cette course influent sur le corps du coureur. Il faut en avoir conscience à l’heure de prendre le départ. En préambule, le froid qui, nécessairement, augmente la consommation d’énergie de l’organisme qui puise pour se réchauffer. Il est important de le prendre en compte dans ses apports. Le froid, la neige et la pluie sont autant de « stress » supplémentaires qui vont aussi accroître l’inflammation et la perméabilité intestinales. Raison pour laquelle les soucis digestifs ne sont pas rares sur la SaintéLyon… Enfin, l’épreuve se révélant assez longue – de 6 à 7 heures pour les vainqueurs, et de 10 à 12 heures pour la grande majorité – savoir capitaliser sur les lipides comme source d’énergie plutôt que les glucides peut s’avérer un avantage précieux. » 


Benoit NAVE

Conseil N°2 : "développer ses capacités de lipolyse"

« Habitué des efforts plutôt courts, sur des formats de 1 à 3h, je considère la SaintéLyon comme une épreuve longue, autour de 5 à 6h me concernant. Les conditions ne facilitant pas l’alimentation pendant la course, j’essaye de travailler en amont pour développer, comme évoqué par Benoit, mes facultés de lipolyse, c’est-à-dire ma capacité à utiliser les graisses, ou lipides, comme source première d’énergie. Pour cela, je vais tâcher d’apprendre à mon corps de fonctionner à l’économie, sur ses réserves. Comment ? Par des sorties à jeun et en réduisant progressivement les habitudes de consommation de glucides en structurant leur apport de façon très ciblée, après les séances intenses. » 


Manu MEYSSAT

Conseil N°3 : "Le dernier repas ? Du (très) classique !"

« Le départ ayant lieu à minuit, je vais modifier un peu mes habitudes et prendre mon dernier repas 5h avant la course, contre 3h30 en amont lorsque l’épreuve est matinale, puisqu’à ce moment tardif de la journée, la digestion est plus lente. La composition de l’assiette est très classique : une portion de riz avec 2 œufs ou du poisson. Ni fruit ni légume afin de limiter les fibres et décharger un maximum l’estomac. Je complète par une petite collation, avec une barre cassis-amande-gentiane ou agrume-cajou-reine des prés, mes préférées, 1h30 avant la course ; et enfin 3 grammes de vitamine C, pour m’aider à lutter contre le froid, à 45 minutes du départ. » 


Manu MEYSSAT 

Conseil n°4 : "pendant la Santélyon, favoriser les aliments qui donnent chaud et se digèrent facilement !"

« Pour l’alimentation en course, je recommande les aliments réputés pour leurs propriétés de thermogenèse : tout ce qui est un peu piquant, le gingembre, les épices… Ou ceux riches en vitamine C, comme l’acérola et l’argousier. Ils vous aideront à vous prémunir du froid. Nos barres betterave-amande-piment d'Espelette ou patate douce-cajou-curry constituent de super options puisqu’en plus de générer cette sensation de chaleur et de réconfort, elles se révèlent très simples à digérer, malgré l’humidité ambiante, et lissent l’index glycémique, grâce à leur profil nutritionnel très étudié, avec un équilibre entre glucides, lipides et protéines ! Enfin, contrairement à Manu qui doit s’arrêter à peine 30 secondes cumulées aux ravitaillements sur l’ensemble de la course, profitez de ceux-ci pour vous revigorer, avec un mot-clé face aux conditions : le réconfort. La soupe peut clairement aller dans ce sens. » 


Benoit NAVE
Manu Meyssat SaintéLyon
Notre athlète Baouw au départ de la doyenne ©Peignee Verticale

Conseil N°5 : "Tourner à l'eau claire... mais chaude !"

« L’hydratation, ça a longtemps été l’un de mes points bloquants sur la SaintéLyon. Le froid inhibe la sensation de soif, du coup, il m’est arrivé de me déshydrater sans m’en rendre compte… J’ai trouvé la parade désormais : je m’impose de boire toutes les 10 minutes, a minima 50 cl par heure. Avant, je m’hydratais de boisson énergétique en continu, mais après 2 heures de course, j’étais saisi d’un écœurement. Depuis, je suis passé à l’eau claire. Et chaude, ou tiède. Surtout pas froide, ça renforce les potentielles crampes d’estomac ! Étant adepte de la ceinture ventrale plutôt que du sac, je viens ensuite caler les flasques chaudes contre l’estomac. C’est hyper agréable ! Benoit m’avait également proposé d’inclure du thé ou de l’eau chaude avec du jus de citron et un poil de gingembre. » 


Manu MEYSSAT

Conseil N°6 : "Ne pas se fier à ses sensations !"

« Si sur la SaintéLyon vous attendez d’avoir soif pour boire et faim pour manger, vous allez tout droit à la déshydratation et à l’hypoglycémie. Pourquoi ? Car avec le froid, la nuit et la luminosité, vos sensations sont en réalité très peu fiables. Votre boussole interne est totalement chamboulée. Mon meilleur conseil serait donc d’anticiper la nutrition et l’hydratation en se fixant au préalable un plan de route assez strict et précis. Sur cette épreuve, je tourne vraiment à la montre : je bois 3 ou 4 gorgées toutes les 10 minutes et mange une barre ou une compote à intervalles très réguliers. »
 
Manu MEYSSAT

Conseil N°7 : "Les barres ouvertes"

« Là, on évoque un gain de temps marginal, mais c’est vrai qu’avec les mains gelées, on peut rapidement avoir des difficultés à ouvrir ses barres. Du coup, la parade est simple : les ouvrir avant la course ! » 
 
Manu MEYSSAT

Conseil N°8 : "L'après-course : les diététiciens en position latérale de sécurité !"

« Toute l’année, je m’épanouis dans un mode de vie très sain, avec une véritable attention apportée à la qualité, à la fraîcheur et la provenance des aliments que je consomme, mais après la SaintéLyon, je me lâche. Car ça coïncide souvent avec ma coupure. Franchement, Benoit se mettrait en position latérale de sécurité s’il voyait ce que j’avale après une SaintéLyon. Évidemment, le top serait des sardines et de la patate douce. Mais quand je rentre chez moi, je me régale d’une grande pizza et d’un plateau de fromages… » 
 
Manu MEYSSAT

Voici son plan de nutrition lorsqu'il y a brillé #1 :

Manu Meyssat nous partage son plan d’alimentation et d’hydratation lors de ses victoires sur la SaintéLyon (pour un effort de 6h) :
 

ALIMENTATION : 

45 min : Barre énergétique bio PATATE DOUCE - CAJOU – CURRY
 
* « Je commence par les barres salées pour ne pas être écœuré ensuite »
 
1h25 : Barre énergétique bio BETTERAVE - AMANDE - PIMENT D'ESPELETTE
 
2h : Barre énergétique bio PATATE DOUCE - CAJOU – CURRY
 
2h30 : Barre énergétique bio CASSIS - AMANDE – GENTIANE
 
3h : Barre énergétique bio BETTERAVE - AMANDE - PIMENT D'ESPELETTE
 
* « À partir de 3h de course, je rapproche les apports et entrecoupe les barres de compotes énergétiques car c’est là que ça commence à visser et qu’il faut produire un effort dont l’intensité ira crescendo jusqu’à l’arrivée… »
 
3h15 : Compote énergétique bio FRAMBOISE - FRAISE - BASILIC
 
3h40 : Barre énergétique bio AGRUME - CAJOU - REINE DES PRÉS
 
4h : Compote énergétique bio PATATE DOUCE - CAROTTE - POIVRE TIMUT
 
4h15 : Barre énergétique protéinée bio PROTÉINE DE COURGE - ABRICOT - ROMARIN
 
4h30 : Compote énergétique bio POIRE - POMME - MENTHE
 
5h : Barre énergétique bio PATATE DOUCE - CAJOU – CURRY
 
5h15 : Compote énergétique bio PATATE DOUCE - CAROTTE - POIVRE TIMUT
 
5h30 : Barre énergétique bio CASSIS - AMANDE – GENTIANE
 
 

HYDRATATION : 

50 cl par heure
* « D’eau chaude. À raison de 3 ou 4 gorgées toutes les 10 minutes ! » 
 
 

TOTAL (assez gourmand - on ne va pas se le cacher - mais nécessaire) : 

9 barres énergétiques bio
4 compotes énergétiques bio  
3L d’eau  
SaintéLyon
Départ de la SaintéLyon de nuit ©Peignée verticale
Pour plus de conseils sur la nutrition, rends toi sur notre rubrique "conseils & nutrition" ou sur le site de notre nutritionniste https://www.formations-nutrition.com/

Rejoins le Club Baouw

#baouwers
Je rejoins le Club et je deviens un membre privilégié en profitant :

• De l'accès aux ventes privées Baouw !
• De nouveautés en avant-première !
• D'offres exclusives toute l'année !
• De conseils, spécialement pour moi !
• ... Et de plein d'autres surprises !
Pour cela, je m'inscris à la newsletter ! Je coche tous les sujets qui m’intéressent.
Je rejoins le Club

Livraison Offerte dès 65 € d'achat en France et Belgique

Paiement sécurisé

Expédition Rapidesous 24H à 48H