En ce moment, profite de la livraison offerte dès 65€ d'achat en France et en Belgique !
fr
Le Blog Baouw

MATTHIS GRANET - 24 HEURES DE FOLIES

Durant les 24h :

 

 

Baouw : Salut Matthis ! un grand bravo pour cette réussite ! Pourquoi avoir choisi un chemin de 311 mètres et 99 de D+ ?

Matthis : Pour accomplir le plus de dénivelé possible en 24h il faut choisir une pente courte d’environ 100 mètres de dénivelé afin de changer fréquemment d’effort entre la montée et la descente et optimiser son effort. Il faut aussi avoir une pente d’environ 30% et avoir une descente un peu moins raide que la montée afin de limiter la casse de fibres musculaires ce qui était le cas pour une partie de ma descente. Cela est ressorti des échanges que j’ai pu avoir avec des connaisseurs comme Ugo Ferrari (7èmeperformance sur 24h), Fred Bousseau (responsable de l’officialisation des records) ou encore Patrick Bohard (2èmeperformance sur 24h). Enfin, je trouve que l’intérêt de ce défi est d’essayer de trouver le meilleur terrain proche de chez soi et j’avais à cœur de choisir un chemin dans mon terrain de jeu le Mont Veyrier.

 

Baouw : Quelle était ta stratégie pendant la course ? Au niveau alimentation liquide et solide, arrêt, massage ?

Matthis : J’ai découpé mon effort de 24h en 4 fois 6h avec des pauses de 5/10min toutes les 6 heures. J’avais une routine, toutes les 30min je prenais une nouvelle Baouw (barre ou purée) et une nouvelle flasque d’eau de 250ml. Puis pendant les pauses toutes les 6h j’ai pris un peu de solide avec un peu de riz, de tartines avec de la purée de noix de cajou, du jambon ou du fromage de chèvre… J’avais prévu des allures de course et j’avais en tête les allures d’Aurélien mais finalement je suis parti plus vite donc je me suis retrouvé jusqu’à 18h de course un peu au dessus de mes allures et un peu en dessous des allures d’Aurélien avant de passer petit à petit en dessous de mes allures.

 

Baouw : Comment as-tu fait pour rester focus pendant les 168 montées ? Tu ne t’es jamais ennuyé ? A quoi penses-ton pendant 24h en faisant toujours le même parcours ?

Matthis : Je ne pensais qu’à ça depuis des semaines donc j’étais prêt mentalement, je ne me suis jamais ennuyé une seconde, je savais pertinemment pourquoi j’étais là. J’étais bridé pour donner le meilleur de moi-même pendant 24h donc une fois parti je n’ai eu qu’à dérouler la partition et monter et descendre était naturel, je n’avais pas à y réfléchir. En plus, j’ai eu de la chance d’être toujours accompagné, sur 168 montées, je n’ai fait que 2 montées seul… J’ai bien aimé discuter avec les coureurs qui m’accompagnaient et dès qu’un nouveau coureur arrivait c’est comme si c’était une nouvelle sortie qui débutait car il y avait une nouvelle discussion. 

Baouw : Concernant les besoins de petite et grosse commission, comment ça se passe pendant un tel record où tout le monde est tout le temps autour de toi ?

Matthis : J’ai fait 3 fois la petite et 3 fois la grosse commission et je n’ai pas eu de soucis pour l’intimité, en haut du chemin il y avait un endroit un peu caché sur le côté. 

 

 

Baouw : Peux-tu nous parler du chemin en fonction de la météo, est ce que cela glissait ? Est-ce que la descente bien boueuse a amortie tes genoux ?

Matthis : J’ai eu de la chance au niveau de la météo car quelques jours avant de grosses averses étaient annoncées et au final je n’ai eu qu’une petite averse de 15 minutes. Le chemin était un peu glissant sur le début de la descente qui est raide mais je n’ai jamais glissé parce que connais par cœur le chemin. En revanche il y a eu quelques chutes de coureurs qui m’ont accompagné   Ensuite le reste de la descente est moins raide et le fait que le chemin était un peu humide le rendait assez doux, c’était même agréable 

 

 

Baouw : Qu’est ce qui était le plus dur ? Physiquement ? Mentalement ?

Matthis : Je suis vraiment étonné de dire ça mais le plus dur n’était pas les descentes mais les montées. On m’avait pourtant bien dit que les descentes seraient le plus dur, je pense que c’est parce que j’avais une descente assez agréable, je n’avais pas trop besoin de freiner et puis aussi surement parce que mon point fort en trail c’est la descente. Le plus dur était physiquement en montée surtout quand j’ai eu un coup de mou au bout de 20h et que je n’avais plus d’énergie en plus forcément d’avoir de belles courbatures aux quadriceps. Mentalement, je n’ai pas trouvé cela dur car je savais pertinemment ce que je faisais là hormis un peu quand au bout de 20h j’ai compris que je ne pourrais pas aller chercher le record.

 

Baouw : D’après toi qu’est-ce qu’il t’a manqué pour battre le record ?

Matthis : Je pense qu’il m’a manqué plusieurs choses pour battre le record. De l’expérience tout d’abord notamment pour partir moins vite au début. De l’entrainement parce que je n’ai pas réussi à aller chercher ce record malgré le fait que j’ai tout donné. Du repos, les deux dernières semaines ont été fatigantes et très stressantes car l’événement dépendait entièrement de moi. Je voulais donc être dans les meilleures dispositions possibles et puis je voulais que les gens qui viennent passent un bon moment. Combiner l’organisation de tout cela avec mon emploi chez Snowleader n’a pas été facile. En revanche si je peux finir sur une note positive, je dirai que ce qui ne m’as pas manqué c’est le mental, je suis convaincu d’être au niveau des meilleurs sur ce plan là. Plus qu’à retourner en montagne pour améliorer les autres facteurs 

 

Baouw : Si tu devais te souvenir d’un seul moment, lequel garderais-tu ?

Matthis : Les dernières montées/descentes dans la dernière heure, c’était complètement fou. C’était une ambiance digne du tour de France, j’avais la chair de poule. Il s’est passé quelque chose d’un peu irrationnel, j’ai fait des montées/descentes presque aussi rapides qu’au tout début, je ne sentais presque plus mes jambes comme au début.

 

Baouw : Quel produit as-tu préférée pendant les 24 heures ?

Matthis : La purée framboise fraise basilic, c’est un régal et pendant ces 24h j’ai apprécié sa fraîcheur et sa facilité de digestion.

 

 

Baouw : As-tu une anecdote drôle à nous raconter sur une pensée qui t’a traversée l’esprit pendant que tu courrais ?

Matthis : Le samedi soir quand mes frères et leurs amis en haut du chemin me proposaient des verres d’alcool c’était assez drôle, c’était ambiance boite de nuit là-haut 

 

ET Après ? :

                                                                                                                                                          

Baouw : Es-tu déçu de ne pas avoir atteint le record du monde, même si la performance est incroyable et l’effort magnifique ?

Matthis : J’ai été déçu sur le coup parce que j’avais un objectif, battre le record mais je suis fier de ce que j’ai fait et pourtant je le dis très rarement, je suis assez exigeant avec moi-même.

 

 

Baouw : Comment s’est passé la reprise de l’entraînement, quelle était la sortie post-défi ?

Matthis : Je me suis forcé à couper 1 semaine pour repartir à 100% physiquement et mentalement sur une nouvelle prépa. J’ai repris par du vélo et ça s’est très bien passé, je me sens en forme et là je vais reprendre le trail après 10 jours. J’ai hâte de retourner faire de belles sorties longues en montagne et j’en ai besoin après toute l’agitation et le stress de ces dernières semaines.

 

Baouw : Après ces longs mois de préparation bien intenses, as-tu senti un sentiment de vide post-défis ? Si oui comment as-tu gérer ?

Matthis : On m’en avait parlé mais je n’ai pas du tout ressenti de vide car j’ai des objectifs à court-moyen et long terme. En plus après les deux semaines très stressantes que j’ai eu avant les 24h je n’avais qu’une hâte c’était prendre le départ et puis que ce soit fini pour penser à autre chose.

 

Baouw : Quelles sont tes prochains projets/courses ? Veux-tu à moyen/long terme le refaire ce défi ?

Matthis : Mes deux gros objectifs sont l’UTMB fin Août et l’Ultra Race d’Annecy fin Octobre et je pense m’aligner sur le Trail de l’Etendard le 25 Juillet (65km, 4000D+) pour préparer l’UTMB. Je vais suivre attentivement les prochaines tentatives de record et oui je retenterai surement mais plus à long terme, j’ai hâte de refaire des courses en confrontation directe pour le moment. 

Article précédent
Article suivant
par admin admin le 16 juil. 2021 à 10h28

Rejoins le Club Baouw

#baouwers
Je rejoins le Club et je deviens un membre privilégié en profitant :

• De l'accès aux ventes privées Baouw !
• De nouveautés en avant-première !
• D'offres exclusives toute l'année !
• De conseils, spécialement pour moi !
• ... Et de plein d'autres surprises !
Pour cela, je m'inscris à la newsletter ! Je coche tous les sujets qui m’intéressent.
Je rejoins le Club

Livraison Offerte dès 65 € d'achat en France et Belgique

Paiement sécurisé

Expédition Rapidesous 24H à 48H